Textes (Je dis je & L’homme le plus drôle au monde) Daniel Keene

Traduction Séverine Magois

Conception Cédric Liardet, Frédéric Mairy, Carine Martin & Laura Rossi

Mise en scène Frédéric Mairy

Interprétation Cédric Liardet, Carine Martin & Laura Rossi

Lumière Bernard Colomb

Assistanat lumière Yan Godat

Scénographie Elissa Bier

Costumes Julie Boegli

Construction décor Léo van’t Schip

Voix off Vincent Held


Production Cie Sugar Cane & Tape nad’s danse

Coproduction Théâtre du Passage

Deux textes sur la solitude écrits au soleil de Jacques Prévert et Buster Keaton. Et une pièce qui, entre fantaisie et mélancolie, bouscule l’ordre des choses.


Une disparition, un vertige. Une jeune fille mendiante, sans le sou. Un homme terne, se tenant à l’écart du monde. Deux solitudes, deux vies qui n’existent plus aux yeux des autres, l’une qui trouve chez Prévert des ailes pour voler encore, l’autre qui puise dans le souvenir des films de Buster Keaton une fenêtre sur les ciels bleu pâle de l’enfance. Des mots simples et poétiques pour dire le désordre du monde, en mariant théâtre, danse et musique. Et en laissant la parole voler et les corps déplacer l’histoire là où on ne l’attend pas.

Le désordre des choses

CREATION NOVEMBRE 2011

THEATRE DU PASSAGE

NEUCHÂTEL

(joué du 15 au 21 novembre)



La création de ce spectacle a bénéficié du soutien de la Loterie romande, de la Ville de Neuchâtel, du Canton de Neuchâtel et de la Fondation culturelle de la Banque cantonale neuchâteloise